La langue de bois écologique

Quelqu’un peut-il m’aider à trouver la réponse à la question posée dans la réponse de Daras et Gerkens (voir ci-dessous)?

Quelle est cette demande qui, à « un moment », aurait fait « heurter aux limites de la séparation des pouvoir » ?Il est hallucinant de devoir constater que Daras refuse toujours, depuis presque 10 ans, de répondre sans langue de bois à cette question toute simple.

Cela dit, c’est compréhensible.  Il n’y a jamais eu de demande de M.Sari qui aurait pu heurter le principe de séparation des pouvoirs.  C’est un mensonge des écolos concernés (mais pourquoi ?).

Malheureusement, ce mensonge et donc l’étouffement de la demande légitime de Mustafa Sari a conduit celui-ci à devoir mener un combat dans le combat pour la vérité. C’est durant ce combat que les menteurs concernés ont élaboré l’internement de Mustafa Sari en croyant de débarrasser définitivement de ce citoyen et de ses «attentes légitimes de respect de ses droits »

Vincent.

La première question de Mustafa :

« Les faits

Le 9 juillet 1998, j’ai entamé une grève de la faim devant la porte de la Régionale liégeoise du parti Ecolo. Six jours plus tard, soit le 15 juillet, Thierry DETIENNE, alors député fédéral, m’a transmis une lettre infâme qui a donné lieu, sur place, à l’engagement d’un combat dans le combat, qui a duré trois ans et demi là-bas, en Hors-Château, et qui dure depuis lors en s’opposant à la résignation par la lassitude ou par l’usure du temps.

La question

Si, après avoir lu cette lettre, j’avais mis un terme à la grève de la faim et quitté les lieux immédiatement, ne te serais-tu pas inquiété de ma santé mentale, José ? Et par conséquent, n’aurais-tu pas exigé "mon hospitalisation quasi de force" et "un traitement neuroleptique qui casse mon système de raisonnement" ?

Je souhaite que tu répondes à cette question, après avoir relevé dans ladite lettre l’objet précis de la demande que j’avais adressée aux parlementaires fédéraux Ecolo. Demande qui était favorablement accueillie et qui aurait heurté le principe de séparation des pouvoirs, et rencontré le refus catégorique du Ministre de la Justice de répondre à des questions relatives à un dossier personnel, notamment. Et après avoir répondu à la question de savoir qui a conçu et élaboré le contenu diabolique de cette même lettre. Thierry DETIENNE, seul ? Si oui, tu lui demanderas, José, de le confirmer par écrit. »

« La réponse » de Daras et Gerkens :

« Thierry Detienne et les autres mandataires de la régionale ont essayé en 1998 de répondre à vos attentes légitimes de respect de vos droits.Nous avons estimé à un moment que nous heurtions aux limites de la séparation des pouvoirs.Vous ne partagiez pas notre analyse et nous sommes alors entrés dans une spirale d’incompréhension mutuelle. »   

Les commentaires sont fermés.