Lettre à Gerkens: le mur totalitaire devenu passage

Liège, le 18 octobre 2007

Madame la Députée,

Concerne : le mur totalitaire devenu passageJ’ai l’honneur de vous fixer rendez-vous, à vous et à vos collègues Ecolo concernés, pour le mardi 23 octobre courant à 10 heures, au 48 en Hors-Château.L’action que j’entamerai ce jour-là, avec la détermination qui est la mienne, a pour seul but de vous faire admettre - à vous, les mandataires et parlementaires Ecolo et les autorités politiques et judiciaires concernés - que dans un Etat de droit la protection des citoyens contre l’arbitraire, notamment, est garantie par le droit et non par la loi du plus fort ni par le rapport de force.J’estime, en effet, que depuis le temps des Lumières, c’est-à-dire depuis l’essor de l’Etat de droit, le respect du droit n’est plus l’expression arbitraire de la volonté de qui que ce soit, et que nul n’a désormais de pouvoir qu’en vertu du droitA présent, je crois avoir tout fait, et par voie du droit, pour vous faire comprendre que poussés au-delà d’une certaine limite la tromperie, la falsification, la propagande, la manipulation, le mensonge, la prévarication produisent des résultats contraires au but recherché. Mais en vain. Parce qu’en agissant sous l’emprise de la sensation perverse de puissance, vous avez estimé que cette limite ne serait jamais atteinte : en transformant systématiquement les questions relatives à la recherche de la vérité en problèmes de pouvoir et de rapport de force, vous avez cru pouvoir - impunément et indéfiniment - rendre invisible la frontière qui sépare la vérité du mensonge pour que le vrai et le faux soient indiscernables. Le mur ainsi dressé par l’arbitraire est devenu passage …. Mustafa Üner SARI

Les commentaires sont fermés.