Lettre à Gerkens

 

Liège, le 29 mars 2007

    

 

     Madame la Députée,

 

     Concerne : ma lettre du 1er février 2007 

 

     A vous entendre dire que "quand on demande aux gens de voter pour moi, eh bien, on doit dire à ces gens-là … j’irai vous représenter (...)" (Voir les informations régionales, R.T.C., le mercredi 28 mars 2007), et que ce serait, si je vous ai bien comprise, un principe d’étique politique chez-vous, chez Ecolo, je n’ai pu m’empêcher de me demander si vous n’êtes pas devenue une malade mentale incurable, à savoir une paranoïaque pathologique souffrant d’une psychose de persécution aigue.

 

     Une malade "qu’il faut", selon votre collègue Ecolo Philippe DUTILLEUX, "hospitaliser quasi de force et de lui imposer un traitement neuroleptique qui casse son système de raisonnement", car, "il est très difficile voir impossible de la ramener à la raison".

 

     Ceci étant dit, je ‘promets’ que ‘je voterai, le 10 juin prochain, pour vous et pour Monsieur le ministre d’Etat José DARAS’. Et je confirme que je vous interpellerai prochainement pour vous inviter à assumer ici et maintenant votre rôle de représentante, qui consiste, notamment, à assumer votre devoir (ou pouvoir) de contrôle sur les actes de l’exécutif, comme je fis en Hors-Château durant trois ans et demi à partir du 9 juillet 1998.

 

     Dans l’attente, je vous propose de méditer la question de savoir si le silence est le plus haut degré de la sagesse ou un simple aveu, ou bien le plus haut degré de la lâcheté, ou bien encore le plus cruel des mensonges, pire que ce qu’il couvre ou dissimule, et vous prie d’agréer, Madame la Députée, mes salutations,

                                            

                                      Mustafa Üner SARI

Les commentaires sont fermés.